• America bellum est et bella.

    En latin, "L'Amérique, c'est la guerre et les guerres". 
     
    Au XXème et en ce début de XXIe siècle, pas un pays au monde n'aura tué ou mutilé autant d'êtres humains que les Etats-Unis d'Amérique. Se croyant investis d'une mission religieuse, les Américains multiplient les croisades guerrières avec, à la main, le livre de Yahvé, dieu de colère et de vengeance, cher au Peuple qu'il a choisi. Pour eux, Jésus est amour en ce sens qu'il aime et bénit oui-oui ce que font les Américains. 
     
     
    Et ces derniers s'étonnent que tant de peuples ne les aiment pas. Ils ne se posent pas de questions. Ils frappent.
     
    Les Américains qui, par exception, osent dénoncer "ces guerres perpétuelles–avec leurs mensonges perpétuels–pour une paix perpétuelle" sont, chez eux, peu ou prou tenus pour des traîtres ou des "terroristes".
     
     
    En fin de compte, le pays qui dénonce le plus "le terrorisme" est celui qui, dans les faits et à l'échelle du monde, pratique le plus la terreur.   
     
    Sur ce bellicisme qui nous mène à l'abîme, voyez dans Le Monde du 24 avril 2013, en p. 4, l'article de Laurent Zecchini, "L'arsenal de pointe américain pour Israël" (avec une photo de trois criminels en action).
     
    Robert Faurisson

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :