• Banques espagnoles: Bruxelles agit et accuse

    Le fonds de secours financera les recapitalisations. La Commission considère les banquiers responsables

    Joaquin Almunia est bien placé pour tirer les leçons de la crise bancaire ibérique. Le socialiste espagnol, commissaire à la Concurrence après avoir été chargé des Affaires économiques entre 2004 et 2009, a donc mis mercredi les points sur les «i», en confirmant le feu vert donné au plan de recapitalisation proposé par Madrid. «Il y aura bien sûr des conséquences sociales, et les premiers responsables en sont les dirigeants et les actionnaires des banques», a-t-il argumenté à Bruxelles.

    Au-delà de la question des aides d’Etat accordées aux quatre établissements financiers nationalisés, que la Commission estime compatible avec les règles communautaires, ce feu vert marque surtout un tournant dans l’utilisation des fonds de secours européens. C’est en effet le Fonds européen de stabilité financière (FESF) puis le Mécanisme ­européen de stabilité (MES) qui financeront ce premier volet de recapitalisations à hauteur de 37 milliards d’euros.

    Garantie des Etats

    La somme, qui sera empruntée sur les marchés avec la garantie des Etats de l’Union, devrait être versée début décembre au FROB, le fonds bancaire mis en place par Madrid. Objectif: ne pas peser sur les finances publiques espagnoles et ne pas alourdir la dette souveraine du pays. La possible intervention des fonds de secours dans la recapitalisation des banques avait été l’une des décisions clés du sommet de juin 2012.

    Joaquim Almunia n’a pas redonné de détails sur la surveillance de la mise en œuvre du plan. Une forte implication communautaire est toutefois attendue, conformément au protocole d’accord entre les pays de la zone euro et l’Espagne. Ce dernier, approuvé en juillet 2012, impose aux banques de mettre à l’écart leurs actifs toxiques dans une structure de défaisance, ou «bad bank», ce qui va être fait pour environ 45 milliards d’euros.

    Des inspections surprises de la Commission dans ces établissements sont aussi prévues. Bruxelles se prononcera le 20 décembre sur un second plan, concernant d’autres banques en difficulté.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :