• Carambar, une valeur societale refuge.

    Carambar : après le trou de la Sécu, l’édification des masses !

    carambar

     

    Ecrivain, musicienne, sculpteur.

    Donc, c’est décidé. Tranché. Irrévocable. Pour lutter contre une France qui compte 20 % de quasi-analphabètes à l’âge d’entrer en seconde et 40 % de presque illettrés à l’entrée en sixième, Carambar a décidé de nous caler le problème entre les molaires. À compter du 15 avril, le théorème de Pythagore remplacera les blagues vaseuses et la tête à Toto au dos des papiers jaunes.

    La marque, dorénavant, arbore un nouveau slogan : « Carambar, c’est du sérieux ! »

    Mais est-ce qu’on est sérieux quand on colle aux dents ? Que ceux qui sont un jour rentrés honteux à la maison avec un plombage dans le caramel lèvent le doigt ! Du coup, on s’agite sur les réseaux sociaux et quelques nostalgiques du coussin péteur, de la boule puante et des devinettes à Marcel ont lancé une pétition en ligne. Parce que la blague de Carambar, c’est comme les mallettes en carton bouilli : furieusement vintage. À ranger avec les fraises Tagada et le club Dorothée, soirées gloubi-boulga et concours de scoubidous. Bref, dans une France qui vire régressive pour cause de trouille existentielle, le Carambar – à condition qu’il soit tradi – est une valeur refuge.

    Du coup, le marchand de sucettes, qui a fait un chiffre d’affaires de 54 millions d’euros en 2012 avec ses caramels mi-mous mi-durs, peut bien se payer une petite frite ludo-éducative. Après avoir amplement creusé le trou de la Sécu dans la bouche des petits enfants, il peut désormais participer à l’édification des masses. Carambar assure même que ses quizz vont développer chez les enfants « de nouveaux réflexes d’apprentissage ».

    Notez bien, si l’on y réfléchit, l’opération peut être commercialement très rentable. Imaginez les séries : Carambar pour apprendre ses tables de multiplication, Carambar pour les conjugaisons, Carambar pour les déclinaisons, une autre série pour les verbes irréguliers en anglais, une autre encore pour la géométrie non euclidienne… Et qui sait : dans vingt ans, une option Carambar au bac ?

    Au fait, ça fait combien de kilos de caramels, pour une scolarité réussie ?

    Marie Delarue, le 24 mars 2013

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :