• Casse-toi, tu pues !

    Ecrivain, musicienne, sculpteur.

    C’est sûr, la Commission européenne nous a dans le nez.

    Ou peut-être que Mesdames Reding et Ahston, voire Madame Barroso, ne peuvent pas se sentir et que ça leur donne des démangeaisons. De toute façon, y’a un truc.

    Après la cambrure des bananes, le calibre des tomates, le nombre de trous dans le gruyère et le cri des oies le soir au fond des basses-cours, la Commission européenne vient maintenant fourrer son nez dans le parfum.

    Au motif que « entre 1 % et 3 % de personnes en Europe sont allergiques ou potentiellement allergiques aux ingrédients présents dans les parfums », le comité recommande de « restreindre la concentration de 12 ingrédients à 0,01% du produit fini ». Les ingrédients en question sont le citral (présent dans les huiles de citron et de mandarine), la coumarine (extraite des fèves des arbres de Tonka) et l’eugénol (composant de l’essence de rose), produits qui entrent dans la composition de plus de 90 % des grands parfums. Qu’on les supprime et c’en sera fini aussi des flacons de rêve et du glamour.

    La Commission dit que la proportion d’allergiques potentiels est « assez élevée pour susciter des inquiétudes ». Ben oui, tiens. D’ailleurs, c’est bien connu, la pécore de Romorantin s’arrose tous les matins avec Shalimar de Guerlain pendant que sa voisine carbure au N°5 de Chanel. A 100 euros le petit flacon, ça se vend dans nos campagnes comme le plant de salade.

    Vigilante, la Commission européenne veille telle une mère à la santé du consommateur.

    Elle ne veut pas qu’il tousse, mouche, se gratte, gonfle, pique ou gerbe. Si donc elle décide d’assassiner l’industrie du parfum (qui pèse tout de même plus de 20 milliards d’euros), il va falloir qu’elle s’attaque aussi à tout ce qui nous empoisonne la vie. Dans le désordre : œufs, lait de vache, arachide, crustacés, poisson, blé, céleri, fenouil, persil, coriandre, soja, amande, noisette, noix de cajou, noix de pécan, noix du brésil, pistache, noix de macadamia, moutarde, sésame, gluten, fraises, acariens, pesticides, engrais, implants mammaires… Sans oublier cet allergène majeur qu’est la connerie des ronds de cuir de Bruxelles.

    Alors vraiment, chère Commission, si vous tenez tant à notre santé : lâchez-nous !!!

    Marie Delarue, le 4 novembre 2012

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :