• Désagrégation de l'Europe : vers l'apparition de nouveaux Etats

    La détérioration de la situation économique en Europe peut aboutir à la création de nouveaux Etats. Le renforcement de l’intégration des pays membres a engendré des tendances centrifuges au sein de ces Etats.

    La carte de l’Europe pourrait changer dans les 3-4 ans à venir. Les nationalistes de Catalogne qui ont remporté la victoire aux élections régionales se préparent au référendum sur la séparation de l’Espagne. Il est probable que la Flandre néerlandophone, va se séparer de la Belgique. L’accord sur le référendum concernant l’indépendance totale de l’Ecosse est signé. En Italie, « la Ligue du Nord » veut obtenir, au minimum, l’indépendance économique des provinces industrialisées par rapport au Sud, selon elle « paresseux et corrompu ». Cette année, la Bavière a exigé une réforme « de la constitution financière » de l’Allemagne sous prétexte qu'elle ne supportait pas de voir son argent dépensé de manière inefficace par les autres régions.
    Le régionalisme est le revers de l’intégration européenne, estime le président de l’institut de stratégie nationale Mikhaïl Remizov. Les petites régions n’ont plus peur de l’indépendance car elles sont protégées par les structures européennes qui remplissent les fonctions d’un Etat.
    « La désintégration d’un Etat national est étroitement liée au renforcement des organismes supranationaux européens. Auparavant, l’apparition d’un nouvel Etat était impossible sans potentiel démographique et économique, surtout en cas de litiges avec les pays voisins. Mais actuellement, ce principe n’est plus valable ».
    Certains experts disent que le renforcement du processus de désintégration est dû à la crise économique : les régions industrialisées ne veulent pas jouer le rôle de donateur des régions moins développées. Mais Vladislav Belov, directeur du centre d’études germaniques de l’Institut d’Europe estime que l’économie est un facteur secondaire.
    « Partiellement, c’est une réponse au multiculturalisme : on attache plus d’attention à sa propre culture. C’est la croissance de l’auto-identification culturelle qui pousse aux conclusions suivantes : nous travaillons mieux, donc nous devons vivre mieux ».
    Pour le moment, les autorités européennes n’ont pas trouvé de réponse à ce nouveau défi. Le politologue Valéri Solovéy estime que la désintégration éventuelle des Etats fait partie des changements globaux engendrés par la crise économique :
    « Cela ressemble à la situation à laquelle le monde a été confronté au début du XXe siècle. On voit apparaître une vague qui grossit au fur et à mesure, et nous ne pouvons ni évaluer son envergure, ni connaître les raisons du phénomène ».
    Les économistes parlent du remplacement futur des technologies. Les politologues, eux, évoquent la transformation des systèmes socio-politiques. Les experts estiment que ce processus est objectif et il faut le comprendre. Il est probable que l’Europe proposera de nouveaux modèles de développement dont il faudra utiliser les avantages.

    french.ruvr.ru

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :