• Désastre humanitaire dans les ruines de Gaza

    Malgré une nouvelle trêve humanitaire de sept heures annoncée par Israël à partir de 9 heures, lundi 4 août, le cauchemar des habitants de Gaza n'en finit pas. Chaque arrêt provisoire des hostilités, chaque cessez-le-feu, s'achève en nouveau bain de sang.

    Amal Jababra, jeune et frêle Palestinienne de Rafah, avait rejoint vendredi, à bout de force, l'enceinte d'une école de l'ONU, alors qu'un déluge de feu s'abattait sur les quartiers est de la ville-frontière. Dimanche, en milieu de matinée, elle a de nouveau vécu l'horreur lorsque les éclats d'un obus israélien ont déchiqueté la jambe de son mari, devant l'entrée du bâtiment. L'attaque qui, selon l'armée israélienne, visait trois membres du Jihad islamique circulant sur une moto, a fait plus de 10 morts et 30 blessés parmi les civils.

     

    « CETTE FOLIE DOIT CESSER »

     

    C'est la troisième fois depuis le début du conflit qu'une telle scène de chaos se produit dans un centre de l'UNRWA, l'organisme de l'ONU chargé des réfugiés palestiniens, après l'attaque des écoles de Beit Hanoun et Jabaliya, au nord de la bande de Gaza. « Cette folie doit cesser », a déclaré le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dénonçant un « scandale du point de vue moral et un acte criminel ». Les Etats-Unis se sont dits « consternés » par ce « bombardement honteux », tandis que François Hollande jugeait l'attaque « inadmissible », appelant à ce que les responsables du carnage « répondent de leurs actes ».

     

    LE MONDEPar 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :