• Droit d’informer : Lapierre qui roule...

    On peut être opposé aux idées de Vincent Lapierre, on peut ne pas adhérer à la pensée d'un Alain Soral, et puis comme ils sont toujours "amalgamés", on peut ne pas aller voir les spectacles de Dieudonné. Cependant, ce qui me chiffonne de plus en plus c'est qu'en notre pays "certains" se distribuent le droit d'autoriser ce qui peut être filmé - vu, ce qu'il peut être dit et écrit, et bien souvent sous la protection bienveillante "des autorités", régissant la paix sociale et les cours de justice.

    Vincent Lapierre et ses deux derniers reportages.

    Le Diner Annuel du CRIF :

    Le reporter de ERTV se poste sur l'esplanade de la pyramide du Louvre afin de recueillir des images de l'arrivée des invités du diner du CRIF 2018. Il ne passe pas 5 minutes sans qu'un CRS lui demande de circuler et de quitter les abords de la pyramide. Très justement Vincent fait remarquer aux représentants de l'ordre que tout citoyen munie d'une camera peut filmer et diffuser ce qu'il veut dans un lieu public. Les CRS lui demande une carte de presse, et comme Vincent n'en possède pas, il se fait virer sèchement par le groupe d'agents. Tout d'abord, cette dérive : nous ne pourrions nous les citoyens de ce pays voir des images que tournées par des professionnels accrédités d'une carte de presse ? Où sommes nous ? Un retour au bon vieux temps de la Pravda ? Et quant on voit et sait ce que donne la qualité de l'info venant des "professionnels accrédités" ; Mieux vaut se tenir éloigné du bourrage de crane, de ces lèches boules journalopes subventionnés par nos pépettes. Il n'y a qu'à prendre le macron, qui depuis son intronisation a fait son casting pour n'être accompagné dans ses déplacements que par des lèches bottes patentés ; voir le dernier Paris Mach, "reportage" sur sa virée en Indes et dans le texte : "même les chèvres s'inclinent sur son passage". Tu m'étonnes que cette serpillière doit être subventionnée, sinon, qui lirait "ça" ?

    Le plus fort, c'est que durant le "raccompagnement" de l'autre coté de la rue du reporter, on peut voir les mecs du services d'ordre du CRIF donner des instructions à la flicaille, qui, s'exécute sans broncher. Ca a au moins l'avantage de faire voir qui est le patron dans ce pays et qui donne les ordres... Ca en devient même ridicule, car, Lapierre se déplace en parallèle du Louvre et filme les flics de l'autre coté de la rue suivant tous ses pas ; le walkie talkie chauffe, à croire que Lapierre serait un cousin de Ben Laden.

    Ce n'est pas nouveau, mais que cela devienne si visible, veut dire que tous les aficionados du CRIF n'ont plus de limites, qu'ils se sentent à juste titre des citoyens au dessus des autres et peuvent se permettre de donner des ordres aux forces de l'ordre afin de faire dégager manu militari un reporter professionnel qui ne fait que son boulot d'informer. Mais comme ce fameux "diner du CRIF" est devenu la vache sacrée de cette répoublic, ne voir que ce que le "service poublic" veut bien faire voir, avec comme caution morale un frédo Haziza journaleux payé par ce même service public et qui se permit d'agresser physiquement Lapierre sans qu'aucune cour n'y vit à redire...

    Bref, ce soir là, Lapierre roula et n'amassa pas maousse.

    Manif des cheminots gare de l'est

    Là, ca traine pas, à peine arrivé Vincent Lapierre se prend une grande baffe dans son micro, puis la camera est cassée. S'en suit, un cassage de gueule maison, digne des ex du SAC. C'est un groupe d'une demie douzaine "d'individus" qui nous ne saurons jamais s'ils sont flics ou "service d'ordre des antifas" ? Y'en a un avec un dossard vert, qui gueule "c'est des Soralien, c'est des fachos !"... Les antifas ? ou anti fascistes. La bonne blague sont plus fachos que les pires fachos, sous couvert d'esprit libertaire. Y'a pas plus embrigadé que ces idiots utiles là. Y'a qu'à voir leur comportement imbécile à l'encontre du mec de ERTV. Des insultes, des coups, des menaces, bref, la belle panoplie des mecs d'extrême droite et des néonazis. Sont totalement lobotomisés, comme ceux d'en face, ceux qu'ils sont supposés combattre.

    Pourtant ces zozos se targuent d'être des "anarchistes"... Zont jamais vraiment réfléchi à ce que cela incombe :

    "Pour ses partisans dont je fais parti, l'anarchie n'est justement pas le désordre social. C’est plutôt le contraire, soit l'ordre social absolu, grâce notamment à la socialisation des moyens de production : contrairement à l'idée de possessions privées capitalisées, elle suggère celle de possessions individuelles ne garantissant aucun droit de propriété, notamment celle touchant l'accumulation de biens non utilisés. Cet ordre social s'appuie sur la liberté politique organisée autour du mandatement impératif, de l'autogestion, du fédéralisme libertaire et de la démocratie directe.

    En clair : Fondé sur la négation du principe d'autorité dans l'organisation sociale et le refus de toutes contraintes découlant des institutions basées sur ce principe, l'anarchisme a pour but de développer une société sans domination, où les individus coopèrent librement dans une dynamique d'autogestion.

    L'anarchie est donc organisée et structurée : c'est l'ordre moins le pouvoir."

    Donc, au vue de la bêtise de ces "antifas", on est plutôt dans le pouvoir des coups de poings dans la gueule et surtout pas dans la compréhension de "l'autre". Fais ce que j'te dis, ou sinon, t'vas voir ta gueule ! Et dire que ces mectons là se veulent des libertaires. C'est à pleurer !

    Nous en sommes donc là !

    Un pays où l'ouvrir aujourd'hui peut couter un séjour chez le dentiste quand ce n'est pas à la morgue.

    Tout est permis dans cette répoublic bananière : c'est la loi du plus fort en gueule. Des "associations", des "groupes", des "mouvements" imposent leurs lois, leurs visions de leur monde bien étriqué, bien doigt sur la couture, que ce soit ceux d'extrême droite, d'extrême gauche, d'extrême crétins utiles, gueulards, violant bas du front.

    A voir ce qui s'est passé à la fac de droit de Montpelier ou un groupe masqué, armé, apparemment cornaqué par "les autorités" de l'université a tabassé un groupe d'étudiants qui occupait un amphi ; on a plus peur de rien, on peut cogner jusqu'au sang, la "masse" abêtie se tait, rase les murs, a peur.

    Alors, on se lâche, on sait qu'il ne se passera rien, au pire un non lieu, même pour le meurtre par un flic d'un jeune homme qui manifestait pacifiquement...

    Quant au droit d'informer, les sbires du macronisme heureux se démènent pour interdire et bloquer le plus de sites de re-informations qui déplaisent, et qui pourtant parlent de ce qui se passe vraiment en ce pays fascisant.

    Vincent Lapierre fait son travail de reporter, même si je ne partage pas sa vision des choses bien souvent, il parle juste et fait parler juste ses interviewés. Il est donc aussi utile sinon plus qu'un J.P. Pernaut ou un Delahousse, eux au pinacle du fenestron, et qui depuis des lustres sont les pathétiques lèche cul de l'info bling bling.

    Pour en revenir au voyage des macron en indes, un bon dicton local :

    Qui lance une LApierre dans la boue s'éclabousse la figure ".

    Les maximes populaires de l'Inde (1858)

    Georges Zeter/mars 2018


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :