• Français : tu es devenu une merde !

    france-usa

    Journaliste.

    Le gars nous insulte et nous, on sourit ! Vous ne l’avez pas entendue, l’insulte, en début de semaine ? Elle était pourtant claire dans la bouche de Joe Biden, le vice-président des USA invité à l’Élysée. Il a salué l’intervention militaire française au Mali et souligné — attention, elle est là l’insulte – « la compétence impressionnante » des soldats français face aux islamistes (ou djihadistes ou rebelles ou brigades vertes ou ex-éducateurs de banlieue française, on ne sait plus).

    « La compétence impressionnante » de l’armée française… Évidemment, à première vue, ça passe, mais en fait, ça dégouline d’ironie ricaine et de condescendance yankee… « Impressionnante », la compétence ? Faire la chasse à des chiens de guerre juchés sur des 4×4 Toyota quand, en face, on a des avions de chasse qui tirent à plusieurs kilomètres de distance, hors d’atteinte de leur grosse pétoire ? Très impressionnant ! Non seulement les Français ont le satellite, la domination des airs et la supériorité numérique, mais en plus, les supplétifs du jihad sans frontières fuyaient à l’arrivée des soldats français ! Les villes sont tombées sans coup férir ! Ça n’enlève rien, dans l’absolu, aux compétences de nos soldats. Mais l’autre ricain en fin de règne planétaire, il se permet d’insulter l’armée française.

    À moins que ce ne soit la tape dans le dos d’encouragement du coach à son équipier, la naïve galvanisation du sportif puisque, dans cette guerre, nous sommes sous sponsoring américain. On ne porte peut-être pas le même maillot, mais c’est le même sponsor : la guerre contre le terrorisme, le Bien contre le Mal, le conflit de Civilisations. La preuve, c’est l’aviation américaine et sa petite sœur britannique qui font tourner notre arrière boutique militaire en transportant matériel et intendance pour l’armée française.

    Et si certains doutaient encore de cette vassalité française, relevons que, comme chaque année, le Superbowl américain a bénéficié des gros titres en France. Singeant un intérêt sportif pour un événement auquel on ne comprend rien, nous signons ainsi le parachèvement du dominé jusque dans l’adoption des coutumes du maître.

    Addendum : Après l’insulte, l’humiliation et le coup de poignard dans le dos

    Mon moulin tourne bien, avec encore un peu plus d’eau apportée ce matin. Une ancienne ambassadrice américaine au Mali a affirmé ce matin sur i-télé que la France a payé une rançon de 17 millions de dollars pour faire libérer ses otages. Pourquoi une ancienne ambassadrice aujourd’hui à la retraite fait-elle cette déclaration, aujourd’hui, au moment où s’achève avec succès l’opération française au Mali? C’est un service commandé parfaitement en phase avec l’insulte diplomatique par flagornerie de Joe Biden.

    Après l’insulte, voici donc l’humiliation et le coup de poignard dans le dos : pas si forts ces Français, ils doivent payer pour libérer des otages. Même si c’est vrai que la France paye pour libérer ses otages, on ne le dit pas quand il s’agit d’un ami, ça doit rester caché. Sinon, c’est proclamer à la face du monde terroriste : l’otage français est bankable, prenez et rançonnez-en tous.

    Edouard Frémy, le 7 février 2013

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :