• L'aviation russe s'exerce en nombre près de l'Ukraine

    source : http://www.20min.ch/

     

    Selon un porte-parole de l'armée citée par Interfax, ces manoeuvres s'inscrivent dans un programme de renforcement de l'unité des forces aériennes russes. Des chasseurs Su-27 et MiG-31, des bombardiers et des hélicoptères doivent participer à ces manoeuvres. Ils testeront des tirs contre des cibles terrestres et aériennes. D'autres manoeuvres devraient suivre dans le courant de l'année. 

    Inquiétude occidentale

    Interfax ne fait pas mention de la crise en Ukraine. Mais ce développement risque d'accentuer l'inquiétude des puissances occidentales qui accusent Moscou de renforcer sa présence militaire à la frontière ukrainienne et d'armer les rebelles.

    En mars, les Occidentaux avaient critiqué la tenue de manoeuvres militaires terrestres près de l'Ukraine. Quelque 8500 soldats avaient alors été déployés pour des exercices impliquant des lance-missiles. Moscou a annoncé en mai avoir retiré ses troupes mais la semaine dernière, l'Otan l'a de nouveau accusé de renforcer ses effectifs militaires et leurs équipements dans la région.

     

     

    Plus d'une centaine d'avions et d'hélicoptères de l'armée de l'air russe ont débuté des exercices lundi dans les régions militaires du centre et de l'ouest de la Russie, jouxtant l'Ukraine.

     

    Ces exercices doivent durer jusqu'à vendredi, rapporte l'agence de presse Interfax. Citant un porte-parole de l'armée de l'air, l'agence précise que ces manoeuvres ont été ordonnées par le ministère de la Défense. Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès du ministère. La région militaire de l'ouest englobe une large part de la Russie occidentale, frontalière avec l'Ukraine.

    Selon un porte-parole de l'armée citée par Interfax, ces manoeuvres s'inscrivent dans un programme de renforcement de l'unité des forces aériennes russes. Des chasseurs Su-27 et MiG-31, des bombardiers et des hélicoptères doivent participer à ces manoeuvres. Ils testeront des tirs contre des cibles terrestres et aériennes. D'autres manoeuvres devraient suivre dans le courant de l'année.

    Interfax ne fait pas mention de la crise en Ukraine. Mais ce développement risque d'accentuer l'inquiétude des puissances occidentales qui accusent Moscou de renforcer sa présence militaire à la frontière ukrainienne et d'armer les rebelles.

     

    En mars, les Occidentaux avaient critiqué la tenue de manoeuvres militaires terrestres près de l'Ukraine. Quelque 8500 soldats avaient alors été déployés pour des exercices impliquant des lance-missiles. Moscou a annoncé en mai avoir retiré ses troupes mais la semaine dernière, l'Otan l'a de nouveau accusé de renforcer ses effectifs militaires et leurs équipements dans la région.

     

    Reddition de soldats ukrainiens

    Par ailleurs, plus de 400 soldats ukrainiens en opération dans l'Est du pays se sont rendus aux forces russes, a annoncé lundi un responsable régional du Service russe de sécurité (FSB) cité par les agences russes Interfax et Tass.

    «Les garde-frontières russes ont ouvert un corridor humanitaire et ils ont admis (sur le territoire russe) 438 soldats de l'armée ukrainienne», qui ont rendu leurs armes, a poursuivi ce responsable, Vassili Malaev.

    Kiev a partiellement confirmé cet événement, sans citer de chiffre. Un porte-parole ukrainien interrogé par l'AFP a indiqué qu'un nombre non précisé de soldats ukrainiens «ont été contraints de se replier vers un poste frontière russe à la suite d'une tentative de percée». Mais ces soldats «ne se sont pas rendus», a-t-il ajouté.

    Le mois dernier, le même responsable régional du FSB avait déjà fait état de la reddition de plus de 40 soldats ukrainiens, et de leur accueil sur le sol russe.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :