• L'enfer est pavé de bonnes intentions : vous en êtes le combustible

    L’enfer est pavé de bonnes intentions.

    par LLP (Salim Laïbi)

    J’ai commencé l’année 2013 en avertissant tout le monde quant à l’accélération des événements de ce nouvel an. Immanquablement, celui-ci a commencé par une guerre au Mali, qui s’est étendue à l’Algérie en quelques jours, avec une gigantesque prise d’otages sur le site gazier d’In Amenas. Décidément, l’année commence bien et ce n’est que le début.

    La France a déclenché une guerre au Mali à travers l’organisation de l’opération « Serval » qui sonne à mon oreille plutôt avec un « i », au vu de la servilité écœurante de certains Maliens, si prompts à accueillir l’armée coloniale, en libératrice ! Auraient-ils perdu la mémoire, auraient-ils perdu toute capacité de discernement pour en être arrivés à faire claquer au vent des drapeaux tricolores ?! Ont-ils déjà oublié le coup d’état de Moussa Traoré un certain 19 novembre 1968, financé et soutenu par Paris ! C’était encore un coup tordu de la Françafrique maçonnique, des réseaux triponctués de J. Foccart et Cie. Un coup d’état très humaniste qui conduisit à l’emprisonnement de Modibo Keïta durant près de dix années, puis à son assassinat, empoisonné par la junte militaire si démocratique pendant sa détention… Quel avenir peut avoir un peuple sans mémoire ? Auriez-vous oublié que le sanguinaire Traoré était un soldat de l’armée française formé à Fréjus et fils d’un ancien soldat de cette même armée ? Traoré sera remplacé par un autre « frère de l’ombre », Amadou Toumani Touré (ATT). Faut-il rappeler au lecteur les massacres monstrueux du Rwanda et l’implication de ces mêmes voyous ? Oui, l’Afrique et ses richesses sont tenues par la franc-maçonnerie française d’une main de fer, très souvent sanguinolente. Ceci est un secret de polichinelle ; il suffit d’écouter et de lire les travaux de feu François-Xavier Verschave[1]. Vous pouvez vous intéresser également aux articles du journaliste et écrivain malien Mountaga Fané Kantéka[2], dont les condamnations de la secte maçonnique sont connues.

    Comme à l’accoutumée, la médiacratie francaouie invitera sur les plateaux télé de « grands intellectuels » maliens ; en vérité des rappeurs et des chanteuses ! Mardi dernier, sur le plateau de Ce soir ou jamais de Frédéric Taddéi, étaient invitées Rokia Traoré et Mamani Keïta ! Cette dernière, malgré toute une décennie vécue en France sans papiers, ose encore appeler de ses vœux une intervention française dans son pays natal. Quelle déchéance ! Cette caste artistique dégénérée est circonvenue et tellement prévisible. Elle ne peut être que pour ce type d’interventions militaires démocratisantes comme elle ne peut qu’approuver et encourager le mariage homosexuel… Le même jour, le rappeur Amkoullel donnait son avis sur RMC dans l’émission très libérale des Grandes gueules. Vous l’aurez sûrement compris et deviné, il est partisan de l’intervention militaire élyséenne. C’est toujours bon d’écouter des expertises géopolitiques aussi fines, délivrées par des cerveaux aussi aiguisés et fulgurants de lumière.

    Pas un mot sur l’empoisonnement quasi continental d’Aréva[3] qui dissémine des poussières radioactives mortelles sur les territoires qu’elle exploite. Pas un mot sur les milliers de cancers dus aux nappes phréatiques contaminées et polluées par Aréva, Bouygues et consorts, en pleine vampirisation de leurs propres pays ! Effectivement, vue sous cet angle, l’opération « Servile » sied à ce genre de vieilles et humides serpillières putrides qui nous servent d’élite culturelle. C’est exactement ce qu’il vous faut, une bonne intervention militaire pour sécuriser les gisements d’uranium, d’or, de pétrole et de gaz. Une bonne soumission au diktat de la démocratie moderne qui vous conduira à accepter sous peu le mariage homosexuel, puis la procréation médicalement assistée et enfin l’humiliante grossesse pour autrui si chère à Pierre Bergé[4]. Ainsi, les associations de malfaiteurs experts es-kidnappings comme l’Arche de Zoé pourront vendre vos enfants à de vieux couples homosexuels pour bien les élever dans cette Europe si chère à vos yeux vitreux. Ils pourront ainsi se faire bercer la nuit avec des fables pour enfants comme la Vilaine Lulu[5] par exemple. Chef-d’œuvre de littérature enfantine offerte au monde par feu le malade mental Yves Saint Laurent. Si vous ne l’avez pas encore compris, le modèle occidental décadent et consumériste n’est pas vendu en vrac mais dans sa globalité ; il doit être intégré et assimilé dans sa totalité, au risque de s’exposer à être démocratisé à coups de bombes humanitaires. Hélas, et pour votre plus grand malheur, vous n’avez pas la capacité de le saisir.

    Bien heureusement, il reste encore des hommes et des femmes debout qui ne sont pas près de laisser faire ce désordre et qui désirent comprendre les tenants et aboutissants de cette grand-guignolerie humaniste, dont le maître de cérémonie est un flan, grimé en clown, et qui nous sert de président. Je tiens à préciser, et j’insiste là-dessus, que je ne suis pas ici pour donner de quelconques leçons au peuple malien qui est seul souverain sur son sol. Cette chronique ne trouve sa justification que dans la volonté sincère de donner un humble avis de la part d’un chercheur qui étudie les forces en action dans cet axe Paris/Alger/Bamako. Car il est impossible de comprendre quoi que ce soit si on ne relie pas les faits et déclarations de ces trois protagonistes de premier plan.

    Pour résumer, la France – et encore moins l’Algérie – ne vous veut pas du bien. Alors qu’elle-même ne se soucie guère de la situation de son propre peuple crevant de faim ou de froid en 2013 sur son propre sol, comment pouvez-vous concevoir qu’elle s’émeuve du sort d’un Malien vivant à plus de 4000 km de Paris ? La France compte plus de 10 millions de pauvres et l’aggravation de la crise économique va la mettre à genoux. Les seuls responsables de cette déroute sont ses politiques voyous, véreux, partouzeurs, pédophiles, voleurs, corrompus, maçonnisés et cocaïnés. D’ailleurs, un collaborateur de la ministre de la culture, Gilles Le Blanc, vient de décéder en Italie ce 20 janvier avec, dans une de ses poches, de la cocaïne. Croire l’inverse est démentiel et d’une grande stupidité, croire qu’ils viennent en sauveurs est pathétique. Depuis quelques heures, toute la France ne parle que de Florence Cassez qui vient d’être libérée de sa prison mexicaine alors qu’elle est inconnue de tous et que son affaire est plus que litigieuse.

    En France, on peut faire de la prison ferme pour avoir frappé un chien. Mais en Afrique, on peut mourir par millions, empoisonnés par la radioactivité, paupérisés par la corruption endémique des frères la truelle, alors que rien ne bouge ; tout est normal. Pire encore, le fait de le dire, de le crier, de vouloir que ceci change est considéré comme un crime, le crime suprême, celui de « terrorisme ». L’empire vous ordonne de crever lentement dans d’atroces souffrances cancéreuses et en silence. Est-ce acceptable ?


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :