• La Catalogne met en péril l'unité de l'Espagne

    Par Pierre Rousselin Mis à jour <time class="updated" datetime="26-11-2012T12:10:00+02:00;">le 26/11/2012 à 12:10</time> | publié <time datetime="26-11-2012T11:01:00+02:00;" pubdate="">le 26/11/2012 </time>
     
    Une manifestation pour l'indépendance de la Catalogne a rassemblé un million et demi de personnes dans les rues de Barcelone le 11 septembre.
    Une manifestation pour l'indépendance de la Catalogne a rassemblé un million et demi de personnes dans les rues de Barcelone le 11 septembre. Crédits photo : LLUIS GENE/AFP
    •  
    •  
    •  
    •  

    DÉCRYPTAGE - La région a beau être la plus endettée du royaume, les autorités barcelonaises rejettent la faute sur Madrid et affirment de plus en plus son désir d'indépendance.

    La profonde crise que traverse l'Europe atteint l'Espagne de plein fouet. Au moment où les réformes courageuses entreprises pour combattre l'explosion de la dette commencent seulement à porter leurs fruits, la Catalogne remet en cause l'unité du pays. La région a beau être la plus endettée d'Espagne et dépendre de l'aide de l'État central pour remettre de l'ordre dans ses comptes, les autorités de Barcelone préfèrent rejeter la faute sur Madrid. Les élections régionales qui se sont tenues dimanche montrent à quel point le défi indépendantiste peut prospérer lorsque l'avenir économique d'un pays est compromis.

    le nouveau parlement catalan

    Il y a longtemps que les Catalans, fiers de leur identité culturelle et linguistique, revendiquent toujours plus d'autonomie, notamment financière, jugeant qu'ils versent davantage à l'État central qu'ils n'en reçoivent. Cette aspiration «catalaniste» a été très mal gérée ces dernières années avec l'adoption en 2006 par le gouvernement socialiste de José Luis Zapatero d'un nouveau «statut catalan» qui a dû, ensuite, être retoqué par le Conseil constitutionnel.

    Les difficultés dues à la crise ont décuplé la frustration accumulée, qui a explosé dans la rue le 11 septembre dernier, à l'occasion de la «Diada», la fête de la Catalogne. Ce jour-là, un million et demi de personnes ont défilé dans Barcelone. Le défilé ayant été récupéré par les indépendantistes, les nationalistes modérés au pouvoir à Barcelone ont aussitôt radicalisé leur discours. Ils ont anticipé de deux ans les élections régionales en s'y présentant avec un programme résolument souverainiste.

     

    Le référendum qu'ils proposent de tenir en Catalogne au cours de la prochaine législature est contraire à la Constitution de 1978. Il remet en cause l'Espagne des autonomies qui a permis, depuis le retour de la démocratie, d'assurer l'unité du pays face aux revendications basque et catalane.

    Ambiguïté

    En quelques semaines, l'idée d'un État indépendant, auparavant envisagé seulement dans des milieux radicaux, s'est mise à être très largement débattue dans le discours politique catalan.

    Artur Mas, le président de la Généralitat et dirigeant du parti nationaliste Convergencia i Unio, cultive l'ambiguïté en évoquant une Catalogne qui serait membre à part entière de l'Union européenne. Il oublie de dire qu'une séparation de l'Espagne ne serait pas acceptée par Madrid. Elle impliquerait de la part du nouvel État une négociation des termes de l'adhésion à l'Union européenne, celle-ci devant être ratifiée par l'ensemble des pays de l'Union, y compris l'Espagne.

    Le défi indépendantiste plonge une Espagne déjà économiquement vulnérable dans une grave crise institutionnelle. Pour éviter le démembrement, d'autres options devraient être possibles afin d'amender dans un sens plus fédéral le système actuel des 17 autonomies. Il y va de l'unité de l'Espagne et de sa viabilité, politique et économique, comme de l'avenir d'une Europe dont les dirigeants ont le regard ailleurs mais qui est aussi minée par ses régionalismes, qu'il s'agisse de l'Écosse, qui tiendra un référendum en 2014, de la Flandre ou bien de la Padanie, en Italie du Nord.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :