• la névrose de l'Holocauste

    Président de Médecins pour les droits de l’homme, Rafi Walden déclare : "En Israël, les autorités cultivent la névrose de l'Holocauste comme stratagème pour conserver le pouvoir."

     

    LIEN
     

    (...)

    L’humanisme juif est axé aujourd’hui sur l’autodéfense. Nous continuons à nous comporter comme dans les shtetls [avant 1945, communautés villageoises juives d’Europe centrale] et à nous méfier des goys qui veulent nous attaquer. D’où l’importance accordée à la force, au pouvoir, à la résistance.
    - Quelle est l’influence du discours gouvernemental à ce sujet ? Le Premier ministre Nétanyahou ne cesse de promettre qu’il n’y aura pas de nouvel Holocauste.
    Je pense qu’il utilise l’Holocauste à des fins détournées – comme lorsqu’il nous effraie avec toutes sortes de menaces iraniennes ou qu’il nous met en garde contre le risque qu’Israël soit envahi par 1 million d’Africains. C’est une méthode primitive pour maintenir les masses dans un état de peur permanente : si nous ne nous en remettons pas à un leader énergique, nous serons victimes d’un deuxième Holocauste. Les autorités cultivent cette névrose de l’Holocauste, c’est un stratagème pour conserver le pouvoir.
    - Vos détracteurs diront que vous représentez la gauche et vivez, comme elle, dans une bulle. Etes-vous sûr qu’Israël soit dans une telle position de force ?
    Oui, plus que la majorité des pays occidentaux. Et les menaces qui nous entourent ne justifient pas la peur de l’Holocauste qui pèse sur nous comme une épée de Damoclès. C’est de l’intimidation, une exploitation cynique des peurs qui nous habitent. Au lieu de montrer la voie en chefs avisés, nos dirigeants alimentent nos peurs.
    - Une sorte d’opium pour les masses.
    Il n’y a pas de moyen plus simple pour unir le peuple que d’évoquer un ennemi qui menace de nous détruire.
     
    (...)

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :