• La sodomie ? Super. Le cannabis ? Normal. Mais le Nutella, péché mortel !

    La commission des Affaires sociales du Sénat vient d’adopter un amendement augmentant de 300 % la taxe sur l’huile de palme. En effet, pour les écolos, l’huile de Palme, — contenue dans un tiers de nos produits de consommation courante —, serait un véritable désastre sanitaire et environnemental : 50 % d’acide gras saturés et une culture entraînant la déforestation de l’Indonésie.

    L’objectif de tout cela est en particulier d’éradiquer le Nutella des tartines. Le Nutella dont l’huile de palme est un composant indispensable.

    Car les écolos, il faut le savoir, ne peuvent pas piffer le Nutella. A les entendre, les mères de famille qui ne tiennent pas le pot hors de portée des enfants comme si c’était de la mort-aux-rats ne sont rien que des Véronique Courjault.

    C’est que les écolos rêvent d’un monde meilleur diététiquement correct, où l’on ne mangerait que du son d’avoine, du quinoa, du tofu et des steaks de soja. Où (comme l’a recommandé Dukan, grand prêtre du régime protéiné qui donne une haleine de chacal) les écoliers auraient des points en plus au bac, non pas grâce au grec et au latin, mais par une option « poids équilibre ».
    Mais pour le dire vulgairement, comme le gender m’autorise désormais à le faire, leur pays merveilleux ne me fait pas triquer.
    Parce que j’aimerais bien que ces gens-là arrêtent de fliquer jusqu’au goûter de mes enfants, qui est une des rares choses que j’ai encore le droit de choisir en dehors de la couleur de ma brosse à dent.

    Parce que le Nutella, c’est trop bon, comme le prouve son gigantesque succès, malgré des campagnes télévisées Ferrero (« Vous nous avez gâtés, Monsieur l’ambassadeur ! », « Oh ! Un Mon chéri ! ») vraiment nazes.

    Parce que son effet anxiolytique vaut bien celui du Lexomil, les effets secondaires en moins.

    Parce que je n’ai pas envie que mes petiots aient l’air aussi malingres et tristounets qu’une botte de radis dans un magasin bio.

    Parce qu’elle est quand même bizarre cette nouvelle morale qu’on leur inculque : La sodomie ? Super. Le cannabis ? Normal. Mais le Nutella, péché mortel ! Vous irez me réciter une dizaine de pactes écologiques au pied de la statue de Saint Nicolas Hulot.

    Parce que, si on les écoute, pour les tartines, il n’y aura bientôt plus de beurre non plus (65% d’acide gras saturés)… et même plus d’enfants pour les manger : souvenez-vous, c’était en avril 2009, le député vert Yves Cochet avait préconisé de taxer les familles nombreuses par une directive baptisée « grève du troisième ventre », un enfant européen ayant selon lui un « un coût écologique comparable à 620 trajets Paris-New York ».

    Gabrielle Cluzel, le 13 novembre 2012

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :