• Le « thigh gap » ou la nouvelle torture que s'infligent les adolescentes

     

     

    Tout droit venu des USA le « thigh gap » ou écart entre les cuisses fait fureur chez nos ados, relayé par les réseaux sociaux à coup de photos et autres conseils pour maigrir à outrance. Le principe ? Avoir le plus grand espace possible entre les cuisses, comme bon nombre de stars qui font la couverture de nos magazines, et ceci à coup de privation de nourriture et de sport intensif.

    Après l’avènement des Pro-Ana qui vouent un culte à l’anorexie, nous écrivons un nouveau chapitre aux troubles alimentaires avec le « thigh gap. » Notons que l’anorexie touche 70 000 femmes à l’heure actuelle en France, de quoi alarmer parents et autorités sanitaires.

    Si beaucoup utilisent le terme de « phénomène minceur » en parlant de « thigh gap, » il faut souligner qu’il s’agit ici d’anorexie mentale. Ces jeunes filles ne cherchent pas à perdre quelques kilos pour se sentir mieux et séduire, elles recherchent avant tout à maîtriser totalement leur corps et avant tout leur mental. Elles perdent alors toute forme de féminité en voyant s’évaporer leurs formes, en vont même jusqu’à l’absence de règles pour pouvoir dominer leur corps et leur esprit.

     

    Cette transformation ne se fait pas sans douleur, c’est bien souvent à l’aide de vomissements et laxatifs que les adolescentes atteignent leur but, celui de voir apparaître un trou qui laisse passer la lumière lorsqu’elles ont les pieds joints… Mais dans la plupart des cas, elles développent un trouble de leur image les empêchant de voir leur réelle apparence.

    Diktat de la mode me direz-vous ? La faute aux magazines et aux mannequins rachitiques que l’on voit à longueur de journée sur nos écrans ou encore en attendant le bus ? Ils influencent certainement mais ici le problème est ailleurs, il ne s’agit pas de séduire, non, d’ailleurs, les garçons le disent eux-mêmes ces filles manquent de formes et ne sont pas attirantes. La réelle motivation est l’envie d’exister par la maîtrise totale de son corps et son mental.

    Cette sensation de puissance que ressentent ces jeunes filles leur font oublier l’essentiel, leur santé. Cette attitude n’est en effet pas sans conséquences, problèmes de fertilité, anémie, dépression, troubles du cerveau ou encore des os, comportements suicidaires et bien d’autres qui les attendent sur le long terme. 

     

    Sur le même thème

    La minceur : une idée dépassée ?
    Action Innocence et Opérations blanchiment
    L’Hypersexualisation de la société
    2NE1 et le renouveau du Girl Power
    Dior : l’anorexie, j’adore !

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :