• Les propositions du B'nai B'rith France

    L’organisation juive B’nai B’rith France demande au gouvernement d’introduire un test sur « les valeurs de la République » lors de la Journée défense et citoyenneté, dans un Livre blanc publié mardi qui recense ses propositions pour lutter contre l’antisémitisme.

    Lors de ces journées, obligatoires pour tous les jeunes de 18 ans, « il serait pertinent de faire passer un test préalable de sensibilité aux valeurs de la République et au principe de laïcité », estime cette ONG dans son ouvrage, transmis vendredi au président François Hollande.

    Il s’agirait à la fois de mieux connaître l’ampleur des déficits et d’imposer une formation aux « jeunes chez qui le test relèverait des fondamentaux défaillants », ajoute l’organisme.

    Le B’nai B’rith, créé en 1843 à New York sur le modèle des confréries maçonniques, est présent dans 58 pays. En France, où il existe depuis 1932, il est membre du Conseil représentatif des institutions juives (Crif) et compte 60 loges. Selon son site, il a notamment pour mission l’action caritative, la lutte contre l’antisémitisme et le soutien à Israël.

    « En publiant notre Livre blanc, nous sommes en rupture avec notre tradition de discrétion, car nous considérons que l’heure est grave », a expliqué son président Serge Dahan lors d’une conférence de presse, en mentionnant la montée des actes antisémites et « le traumatisme de l’affaire Merah ».

    Depuis l’assassinat de trois enfants et un enseignant juif à Toulouse par Mohamed Merah, le 19 mars 2012, « François Hollande n’a pas ménagé ses messages réconfortants envers la communauté », a estimé M. Dahan. « Mais finalement, il ne se passe pas grand-chose », a-t-il déploré, en demandant aux autorités de passer « des mots aux actes ».

    Pour ce faire, le B’nai B’rith recommande, entre autres, de renforcer la formation des enseignants pour les aider à transmettre l’histoire des Juifs et de la Shoah, notamment en leur donnant « une méthode psychopédagogique de déconstruction des stéréotypes auprès des élèves ».

    L’organisation suggère aussi de compléter les programmes d’histoire sur la présence du monde juif en Europe. Celui-ci « disparaît de la scène de l’Histoire à la fin de l’Antiquité et ne réapparait qu’à travers l’affaire Dreyfus », constate-t-elle. « Dans ces conditions comment appréhender l’anéantissement des 6 millions de Juifs d’Europe entre 1940 et 1945 ? »

    Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :