• Pour la paix sérénissime, contre la guerre sioniste !

     

     

     
     
    Les militaires eux-mêmes se rebellent

    LIEN
    Pour la paix, le Vatican met les bouchées doubles. Le supérieur des Jésuites s'en prend vertement aux États-Unis et à la France : 
    "Avec tout le respect que j'ai pour le peuple des Etats-Unis, je crois que l’usage précis de la force qui se prépare actuellement est en lui-même un abus de pouvoir. Les Etats-Unis d’Amérique doivent cesser d’agir et de réagir comme s’ils étaient le ‘grand frère’ d’un quartier qui s’appellerait le monde. Une telle attitude conduit inévitablement à des abus, à des chocs violents et à des démonstrations de force devant les membres les plus faibles de la communauté. La deuxième est que, si des armes chimiques ont été utilisées, il faut encore satisfaire à l’obligation d e montrer au monde, de manière claire, que cet usage est le fait d’une partie en conflit, et non pas de l’autre. Il ne suffit pas qu’un membre du gouvernement du pays qui désire attaquer dise qu’il en a la conviction. Il faut démontrer au monde qu’il en est ainsi, sans laisser quelque doute que ce soit, afin que le monde puisse faire confiance à ce pays. Cette confiance n’existe pas actuellement, et les spéculations ont déjà commencé sur les visées ultérieures que les Etats-Unis pourraient avoir dans ce projet d’intervention. La troisième est que les moyens considérés comme appropriés pour punir l’abus commis à l’origine - une fois que l’on a montré que tel est bien ce qui s’est passé - ne blessent pas à nouveau les mêmes personnes, déjà victimes. L’expérience du passé nous apprend que c’est impossible… quand bien même on désignerait les victimes par l’euphémisme ‘dommages collatéraux’. Au final, c’est la souffrance des citoyens ordinaires innocents et étrangers au conflit qui augmente. Nous savons tous que le grand souci des sages et des fondateurs religieux de toutes les traditions et cultures est : ‘comment alléger la souffrance humaine ?’ Il est très préoccupant que, au nom de la justice, nous planifiions une attaque qui va augmenter la souffrance des victimes."
     
    Jean Bricmont explique avec brio les véritables enjeux de la guerre à venir :
    "Les gens qui poussent à la guerre, principalement les partisans d’Israël, n’ont pas envie d’une guerre totale qui renverserait le régime, ce qu’ils veulent – et je fais référence à un article très explicite paru dans le New York Times – c’est que les deux parties s’entretuent le plus longtemps possible pour s’affaiblir et diviser la Syrie (...) Il peut y avoir des conflits liés indirectement au commerce, mais en général le commerce ne joue pas un rôle majeur pour attiser les guerres. Ce qui attise les guerres justement, ce sont les haines ethniques, religieuses, et dans le cas du Moyen-Orient, une des sources de conflit est justement la politique israélienne et la volonté d’Israël d’affaiblir ses voisins. Mais cette volonté-là n’a pas de base économique à proprement parler, elle est liée à l’idéologie sioniste, et les capitalistes peuvent parfaitement s’en passer."
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :