• Poutine met en garde Obama avant le sommet américano-russe

     

     

    Dans une tribune publiée par le New York Times jeudi 12 septembre, le président              Poutine a remis la pression sur Washington. Il a d'abord accusé les rebelles syriens, et non l'armée régulière, d'avoir perpétré l'attaque chimique du 21 août près de Damas, dans le but de provoquer "une intervention" des États-Unis.

     

     

     

    Le chef de l'État russe, plus proche allié de Damas, a également prévenu qu'un éventuel recours à la force en dehors du cadre du Conseil de sécurité de l'ONU serait "inacceptable" et "constituerait un acte d'agression".

    Cette adresse au peuple américain survient quelques heures avant une rencontre prévue à Genève entre le secrétaire d’État américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Les deux hommes doivent tenter de trouver un terrain d'entente sur le dossier syrien. Leur entretien devrait durer "au moins deux jours, peut-être plus", a déclaré Jen Psaki, la porte-parole du département d’État avant d’ajouter que le chef de la diplomatie américaine comptait aussi s’entretenir avec Lakhdar Brahimi, émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :