• Quenelle dans le fion de la peur

    "Quenelle dans le fion de la peur"

    Par Max Lévy

    Maintenant que tout individu qui a des yeux pour voir peut constater combien le gouvernement français est aux ordres du CRIF, bras d’Israël en Hexagone, il convient de s’interroger sur l’offensive menée à l’encontre de la quenelle.

    Ce qui est très encourageant dans la stratégie que Cukierman vient d’imposer au gouvernement et aux médias de garde, c’est qu’elle est tout à fait dans l’esprit des faucons de l’extrême droite israélienne, à savoir régner par la terreur.

    Une autre branche du chandelier impérial eût certainement été plus subtile, plus souple, plus maligne dans sa réaction contre-insurrectionnelle.

    Par exemple, en absorbant, en s’appropriant la quenelle pour la vider de son contenu subversif : ainsi aurait-on pu voir subrepticement les animateurs de Canal+ en glisser à leur tour sur les plateaux, la Une de Charlie Hebdo la récupérer comme un geste d’insoumission au Vatican, L’Humanité la jeter à la face du grand patronat et Libération titrer avec malice : « La quenelle est-elle de droite ? »

    Mais non. Au lieu de cela, toute la caste politique, médiatique et judiciaire est sommée de frapper de son bâton de bergère soumise le peuple qui se prend à les envoyer paître.

    Délations, agressions, diffamations, condamnations... L’artillerie lourde est sortie, les chars soviétiques sont dans Paris.

    Il faut s’en réjouir !

    Car même si certains paieront cher leur héroïsme, c’est face à une guérilla de la quenelle que vont vite se retrouver confrontés les Merkava idéologiques de l’Empire.

    Non seulement cette contre-offensive met en lumière la véritable nature du pouvoir en France mais elle va aussi se retourner contre elle-même de façon jubilatoire.

    Lorsque la liberté de se révolter par le rire fait l’objet d’une interdiction d’État, cela stimule l’imagination et le courage des dissidents qui, la porte étant fermée à double-tour, s’infiltrent par les fenêtres, la cheminée et tout interstice que le pouvoir ne pourra jamais colmater à temps.

    Jusqu’au jour où la maison sera réinvestie par ses hôtes légitimes.

    Mobilité, précision, vitesse, discrétion. Plus que jamais, il nous faudra être prudents comme des serpents et sages comme des colombes.

    La pire chose qu’il peut arriver à ce pouvoir grotesque et criminel, c’est que nous n’ayons pas peur.

    Max Lévy


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :