• Tsunamis monétaires et placements institutionnels

    Graziano Lusenti *

    La Banque du Japon s’apprête à franchir un cap majeur et recourir, elle aussi, à des mesures de stimulation monétaire non traditionnelles. Pour les caisses de pension, les dangers sont l’inflation – même si ce n’est pas dans l’immédiat – et la création de bulles spéculatives. Par Graziano Lusenti, Dr. sc. polit., conseiller pour investisseurs institutionnels, Lusenti Partners LLC, Nyon

    Vous rappelez-vous ces anciennes estampes japonaises, où de simples pêcheurs, démunis dans leurs frêles esquifs, affrontent les mers démontées et leurs vagues gigantesques! J’y repensais en découvrant il y a peu l’annonce que la Banque du Japon allait franchir un cap majeur et recourir, elle aussi, à des mesures de stimulation monétaire non traditionnelles, par l’émission massive de monnaie («quantitative easing») et des programmes de rachat de la dette publique. Concrètement, la décision japonaise pourrait injecter 1,3 trillion de dollars (1300 milliards) de liquidités supplémentaires d’ici à fin 2014 dans les marchés, qui viendraient s’ajouter aux 4,7 milliards de dollars mis à disposition par les banques centrales depuis fin 2007: de quoi soutenir les marchés financiers et alimenter quelques dérives spéculatives, non seulement au Japon et en Asie, mais aussi aux quatre coins du monde!

    Soyons clairs: ce qui se déroule en direct sous nos yeux correspond à la plus grande expérimentation monétaire en temps de paix dans des économies capitalistes, sous l’égide des Etats-Unis: les effets en impactent la vie économique, sociale et politique dans tous les pays et tous les agents économiques – vous et moi compris! En cas d’échec, les effets seraient dévastateurs: on ne peut qu’en frémir.

    La décision japonaise est importante pour au moins trois raisons.

    D’abord, en emboîtant maintenant le pas à la Fed américaine, à la Banque centrale européenne (BCE), à la Banque d’Angleterre (BoE) et, indirectement, à la Banque nationale suisse (BNS) – qui rachète des euros par «tankers» entiers – l’ensemble du monde industrialisé est engagé désormais dans des politiques monétaires atypiques mais synchrones.

    En second lieu, la décision japonaise correspond à un revirement complet de la politique monétaire suivie jusque-là, alors que le pays a fait l’expérience, durant les 15 dernières années, d’une déflation féroce, qui a rongé sa capacité économique, sapé sa confiance et réduit sa compétitivité.

    En troisième lieu, on observera comment ces mesures monétaires affecteront le pays industrialisé le plus fortement endetté – la dette y est supérieure à 200% du PIB – et confronté à un très fort vieillissement démographique: l’Empire du Soleil levant saura-t-il combiner avec succès politique monétaire hyper-expansive, désendettement public et équilibre démographique – et devenir ainsi un modèle, une figure de proue?


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :