• Vers la fin de la fête des Mères ?

     

    "Cette année, les mères des élèves d'une école de Haute-Savoie n'auront pas droit au traditionnel collier de pâtes ou à l'empreinte de main en pâte à sel. Les enseignants de l'école d'Allinges ont en effet pris la décision de ne pas faire préparer à leurs élèves de cadeaux pour la fête des Mères, qui a lieu ce dimanche, comme le rapporte le site Francetvinfo. Et la fête des Pères, prévue cette année le 15 juin, n'est pas épargnée.

    Motif ? "Éviter les situations délicates", autrement dit ne pas mettre dans l'embarras des enfants qui auraient perdu un de leurs parents, vivraient dans une famille d'accueil ou une famille recomposée. Selon Le Parisien, à l'origine de l'information, 15 des 17 enseignants de l'école se sont montrés favorables à la mesure, dont les parents ont été informés par un mot dans le carnet de liaison des élèves.

    "Madame, Monsieur. Afin d'éviter les situations délicates pour de nombreux élèves dans l'école, à l'évocation de la fête des Mères ou de la fête des Pères, le conseil de maîtres a décidé que ces événements ne seraient plus l'occasion d'un travail en classe, quel que soit l'âge des enfants, y compris en maternelle. (...) Nous laisserons donc le soin aux familles de traiter le sujet elles-mêmes si elles le souhaitent", précise le texte.

    "Une décision débile"


    L'initiative n'a en tout cas pas manqué de faire réagir plusieurs pères et mères qui ont eu visiblement du mal à comprendre. "Cette décision est débile. Se voir remettre par son enfant un petit cadeau réalisé à l'école, c'est un moment merveilleux", indique au Parisien une mère de deux enfants.

    "Sur ce coup-là, je trouve que les enseignants ne sont pas très pédagogues ni psychologues. C'est à eux d'expliquer les choses aux enfants en difficulté. Ils n'ont qu'à dire à l'enfant que le cadeau peut être offert à une tante, une grand-mère, une maman d'accueil. Mais il ne faut pas pour autant priver tous les autres enfants de la joie de réaliser un cadeau à l'école", renchérit une autre.

    Certains parents sont même allés jusqu'à signer une pétition. La directrice de l'école d'Allinges s'est dite prête à les recevoir, mais rappelle qu'"aucun texte de l'Éducation nationale n'oblige les enseignants à célébrer la fête des Mères ou des Pères." D'autres parents se montrent d'ailleurs plus compréhensifs : "Les enfants qui n'ont plus de papa ou de maman souffrent suffisamment. Il ne faut pas les traumatiser encore plus en leur faisant réaliser un cadeau qui leur rappellerait cruellement leur situation.""
     
    -----
     
    Commentaire du Clan des Vénitiens : Depuis des années, de petites expériences sont tentées ci et là pour tâter le terrain. Quand les parents d'élèves, qui réagissent encore, auront baissé la garde en constatant que les pouvoirs publics font ce qu'ils veulent et gagnent toujours, la fête des mères et celle des pères figureront au musée du folklore réactionnaire que financera le philanthrope homosexuel Pierre Bergé, fer de lance du "mariage pour tous".
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :